• Mariama Sylla

Notre dôjô : la culture japonaise indissociable de la pratique !


Aurore, Présidente du Dôjo Daikokuten, nous présente son dôjô et pourquoi il lui est important de présenter la culture japonaise à ses adhérents.


Daikokuten Dojo est né en Bretagne il y a plusieurs années, sous la forme d’une association.

Dès sa conception, ce Dojo avait pour raison d’être de permettre à ceux qui le souhaitaient, de découvrir la pratique de l’Aikido de Sumikiri enseignée par Jean Daniel Cauhépé. Basée à présent à Paris, dans le 10ème arrondissement, elle est rattachée aux Arts Classiques du Tao.

Il s’agissait donc de rassembler un groupe de personnes désirant travailler sur elles-mêmes en toute confiance et dans une atmosphère conviviale.

Sumikiri signifie en japonais : « Action de tailler les 4 angles d’un carré ». Cette image physique et symbolique exprime le travail d’harmonisation de l’esprit, des animæ et du corps du pratiquant.

Art-martial sans compétition, nous travaillons seul ou avec partenaire(s), avec ou sans bâton, dans le respect et à l’écoute de l’Autre. Il s’agit avant tout d’un travail sur soi-même.


• La "martialité" s’exprime à travers nos valeurs et le comportement que nous adoptons.


• Le geste harmonieux nécessite de l’équilibre, une bonne coordination, une belle rythmique et de la justesse.


• A travers la souplesse et la relaxation active du corps et de l’esprit, il s’agit d’être capable de se centrer, de se mettre en mouvement sans se désaxer et de s‘enraciner afin de rayonner le KI.


• L’état d’esprit est en effet fondamental. Nous évoluons avec bienveillance en préservant notre santé tout comme celle de nos partenaires. La convivialité est au centre de la Pratique. Il s’agit d’avancer sur la Voie avec des compagnons de route où chacun a sa place.

Dès sa création, le partage était au centre de la pratique. Dans ce cadre, des stages rassemblant plusieurs Dojo ont été organisés. Puis Daikokuten Dojo a déménagé à Paris. Un nouveau noyau s’est donc formé grâce à la volonté de quelques personnes et au dojo Kikentai (19ème) qui nous a proposé une petite salle.

D’autres personnes nous ont ensuite rejoints et une salle équipée de tatamis a été nécessaire. Nous avons alors eu l’immense chance de pouvoir nous enraciner chez Tenchi (10ème) où nous pratiquons encore aujourd’hui.

Dès son installation à Paris, le projet était de faire découvrir la culture japonaise aux élèves. Les principes que nous développons dans notre Pratique se retrouvent bien évidemment dans d’autres Enseignements, mais c’est surtout l’état d’esprit que nous souhaitions faire toucher du doigt à ceux qui découvrent cette culture.

Nous nous sommes donc rapprochés de Quartier Japon qui propose toute sorte d’activités. Nous avons débuté par le Furoshiki car je souhaitais faire découvrir quelque chose de vraiment nouveau aux élèves. Ludique, très esthétique, écologique et utile, ceci résumait aussi bien le Furoshiki que l’Aikido de Sumikiri.

Ensuite, ayant travaillé toute l’année sur la fluidité, la calligraphie s’est naturellement imposée. Chacun a pu voir combien il est difficile de faire un point ou un trait.

Puis, afin d’alterner les plaisirs et renforcer la cohésion, nous avons fait un stage de cuisine, activité qui rassemble facilement les gourmands.

Même s’il ne s’agit que d’initiations, ces petits stages participent à l’ouverture qu’offre notre Enseignement et qui est la richesse de ceux qui le suivent.


• Aller au-delà des apparences et s’efforcer de comprendre le sens profonds des mots, des gestes, des comportements, des idées, de ce et ceux qui nous environnent.


• Changer de point de vue, percevoir l’Autre comme un partenaire qui peut nous aider à progresser sur ce Chemin tel un compagnon et non comme un adversaire.


•Ecouter puis Entendre, Apprendre puis Transmettre. De cette expérience nait une belle Transformation.

Alors si vous êtes curieux, que vous avez de l’humour, que vous voulez rencontrer des gens improbables, partager de bons moments, apprendre sur vous-même, bouger et lâcher-prise, venez nous rendre visite.

Cette pratique est ouverte à Tous, sans distinction de sexe, d’âge ou de culture.

Elle ne nécessite pas d’être un athlète non plus.


Quelles que soient vos motivations, vous trouverez ce que vous apporterez !

2 vues0 commentaire