• Quartier Japon

La culture française insensible à l’esthétique des lames japonaises ?

Dernière mise à jour : il y a 14 heures

Christian, vit à Paris, Expert en Art Japonais, Président de l'association Zanshin Aïtoka

A la suite de notre visite, ensemble, de l'exposition "Samouraï", il n'a plus pu se retenir de rétablir quelques vérités, en voyant comment certains objets étaient exposés.


Depuis plus de trente ans en France, sans parler des musées qui présentent dans leurs expositions permanentes différents types de sabres japonais, se tiennent souvent des expositions temporaires montrant des armures de samouraïs et tout leur équipement.


Mais pourquoi ces lames sont-elles toujours présentées avec un éclairage direct et à 60 cm du sol sans tenir compte du type de la lame ? empêchant ainsi le visiteur d’en apprécier la qualité de la forge et la beauté du dessin de la trempe.


Si des musées montraient la Joconde posée à même le sol ou bien l’Olympia de Manet à l’envers, cela déclencherait des manifestations de rues !


Mais en France, le travail du fer ne peut être considéré comme artistique, tout au plus peut-il être artisanal.

Par contre, grâce aux impressionnistes, les estampes japonaises sont regardées en France avec admiration ; et les spécialistes en connaissent et distinguent les différents ateliers.

Les Français savent-ils qu’il existe plusieurs dizaines d’ateliers de forges de lames qui se reconnaissent par la texture de leur forge et le dessin de leur trempe ? L’exception culturelle française veut qu’une lame soit faite pour couper et non être admirée.

Peut-être pouvez-vous nous aider à changer ce regard ?


Article paru initialement le 06/09/2014



2 vues0 commentaire