• Mariama Sylla

Interventions japonaises à l'hôpital : témoignages de rencontres

Depuis mars 2014, Quartier Japon a la chance d'intervenir une fois par mois pendant 4h, au sein de l'Institut Gustave Roussy, établissement hospitalier spécialisé dans le traitement du cancer. Les Laboratoires Takeda, l'un des plus anciens groupes pharmaceutiques japonais, est à l'initiative du projet et sponsorise nos interventions.Pour cette action, Mié, calligraphe et origamiste chez Quartier Japon, anime ces journées en compagnie de Stéphane (Responsable de Quartier Japon), de Caroline (Responsable Communication Takeda France) et de différentes personnes du groupe Takeda.


Byo (première syllabe du mot "Byoin" - Hôpital)

Suite à notre intervention lors de notre venue le 4 novembre 2014 au sein de l’IGR, et à la demande de Nathalie (Responsable du programme "Mieux vivre le cancer" de l'IGR), je vous transmets quelques anecdotes suite à des rencontres marquantes pour moi, survenues dans le cadre des interventions de Quartier Japon depuis mars 2014.


Tout d’abord, chaque fois que je viens à l’IGR pour proposer à l’ensemble des personnes présentes, en soins, en visite, accompagnatrices et en « blouse blanche », je suis toujours surpris et touché de l’accueil qui nous est réservé unanimement par l’ensemble des différentes catégories des personnes présentes.


 

Le monsieur âgé dans son fauteuil roulant

Un vieux monsieur patientait ce jour dans l’une des petites salles d’attente attenantes au plateau, en compagnie de son fils et de sa bru. Le monsieur me regardait d’un regard éteint tout pendant que j’expliquais notre démarche en remettant nos livrets à son fils assis près de lui. Comme il ne me semblait franchement pas en forme, tout triste, j’ai demandé à son fils le prénom du monsieur, qui ne pouvait visiblement plus parler. Et je suis parti le faire calligraphier par Mié, sur notre stand.

Un peu plus tard, alors que la calligraphie n’était pas encore exécutée, car il y avait une liste d’attente ce jour-là, son fils passe devant notre stand en revenant du distributeur à café. Alors, il m’indique que son père, effectivement, est très mal en point et qu’il n’en a certainement plus pour bien longtemps à vivre. Une fois la calligraphie de son prénom réalisée, je vais la lui, la leur, apporter. Le vieux monsieur n’a plus la force de dérouler sa calligraphie, aussi est-ce sa bru qui le fait à sa place et la lui montre.

Son fils et sa femme furent très contents en me remerciant, tandis que je m’apprêtais à repartir. Le vieux monsieur, qui ne pouvaient plus ni parler ni à peine bouger, m’a regardé et, à travers son regard, m’a dit « merci ». Je suis reparti content, et le suis encore à l’évocation de cette rencontre, d’avoir pu apporter ce moment à ce vieil homme, lequel savait, je suppose, l’heure de sa fin proche. Content également, d’avoir apporté cette joie furtive à son fils et à sa bru, à un moment où ils se préparaient à la prochaine séparation d’avec le vieil homme.



In (seconde syllabe du mot "Byoin" - Hôpital)

La jeune fille au visage très marqué

En fin de journée, nous nous apprêtions à ranger quand une adolescente et ses parents se dirigeaient vers la sortie en passant devant notre stand, vraisemblablement après avoir consulté leur médecin. La jeune femme portait un masque mais il ne masquait pas en totalité son visage.

Un peu plus tôt au cours de cette même journée, j’avais vu une personne au visage très marqué, couvert de tâches et à l’œil quasi fermé, le pourtour meurtri. C’était la première fois depuis que nous intervenions à l’IGR en mars 2014 (nous étions en septembre). Cette jeune femme était la seconde, mais cette fois bien plus jeune que la femme précédemment rencontrée.

Certainement que cela m’a incité à me porter à leur rencontre. Comme chaque fois, je leur ai remis nos livrets tout en expliquant rapidement notre démarche, puis je l’ai invitée à s’approcher du stand, pour que Mié lui calligraphie son prénom. C’était un peu difficile pour moi de la regarder de face, comme n’importe qui, alors que son visage était si marqué par la maladie alors qu’elle était si jeune. En moi-même, je me disais que je me devais, aussi pour elle, de ne pas détourner les yeux tout en m’efforçant que cela soit naturel à ses yeux, afin de ne pas la blesser.

La journée s’achevait et ils devaient probablement être pressés de repartir, pensais-je, mais contrairement à cette idée, la jeune femme s’est dirigée volontairement vers Mié, suivie par ses parents.

En compagnie de Mié, elle a reçu plusieurs calligraphies, de son prénom et des prénoms de ses parents, puis elle s’est essayée un moment à la calligraphie, sous les accompagnements bienveillants de Mié.

Au bout d’un moment passé en notre compagnie, elle est repartie avec ses parents. Son visage était rayonnant, comme celui de tout le monde.


La petite fille et son papa qui ne parlaient pas français

Une jeune adolescente, d’environ 10 – 12 ans, regardait de loin notre stand et plus particulièrement Mié, qui faisait de l’origami avec une participante. Visiblement, la fillette était très curieuse sans pour autant avancer trop près ; elle restait à distance. D’ailleurs, aussitôt, elle a bondi lorsque je me suis adressé à elle tout en m’avançant dans sa direction.

La fillette ne parlait pas français. Peut-être venait-elle de l’un de ces lointains pays du Golfe, comme il semble que parfois viennent certaines personnes en soins. Le teint de sa peau et le noir de sa chevelure le laissaient du moins supposer.

Comme elle se trouvait juste devant l’entrée d’une salle de consultation attenante au plateau, j’en déduisis que ses parents devaient s’y trouver. Ce qui était le cas : son papa effectuait en effet des démarches auprès de la secrétaire médicale. Lui non plus ne parlait pas français, mais à la différence de sa fille, il maîtrisait l’anglais. Je lui expliquais donc que sa fille était très intéressée par ce que nous proposions sur notre stand et qu’il pouvait nous la laisser le temps de sa visite chez son médecin. Il la reprendrait en repartant ; il ne pouvait pas nous louper : nous étions tout à côté de la sortie. S’il était volontiers partant, sa fillette, elle, refusa et s’accrocha à la jaquette de son père, malgré les explications et les invitations de ce dernier.

J’avais averti son papa, auquel il restait à achever des démarches administratives, comme quoi sa fille était avec nous, bien occupée à faire des origamis et qu’il pouvait prendre tout son temps. Nous nous en occupions.

Encore un moment plus tard, le papa est arrivé et il est resté à regarder sa fille, qui n’avait d’yeux et de concentration que pour ce qu’elle faisait sous les conseils bienveillants de Mié. Plus tard, quand le papa l’a invitée à prendre congé, elle est encore restée un moment, le temps d’un dernier origami. Puis, enfin, elle s’est levée, sa boîte remplie d’origamis à la main. Ses yeux pétillaient !

Le papa également était tout content, ravi de voir sa fille si contente et que nous lui ayons donné autant. Il a souhaité nous prendre tous en photos ! Mié avec sa fille, moi aussi avec sa fille et avec Mié. Il a aussi demandé à sa fille de me prendre en photo en sa compagnie. Il m’a serré chaleureusement la main et nous avons échangé nos coordonnées. Et aussi, auparavant, il m’avait demandé de but en blanc « how can i help you ? » (Comment je peux vous aider). C’était si direct, fort ! Je lui ai juste répondu : « en parlant autour de vous de ce que nous faisons ici, à l’IGR ». Puis ils sont repartis, les visages épanouis, les yeux brillants de la fillette.


Les deux messieurs qui me parlent de leurs histoires

Lors de notre dernière intervention en novembre, j’ai rencontré deux hommes, notamment, qui me sont restés à l’esprit, du fait vraisemblablement des similitudes qu’ils présentaient.

Comme à mon accoutumée, je les ai abordés l’un comme l’autre, à des moments distincts de l’après-midi, pour leur proposer nos livrets de présentation de la calligraphie et de l’origami. Ces livrets me sont en effet d’un grand secours pour me permettre d’aller vers toutes ces personnes inconnues et pour me permettre de rompre la glace et entamer avec elles un échange.

Ces deux messieurs m’ont fait le même accueil, en m’indiquant ne pas souhaiter recevoir les livrets, car n’étant pas intéressés. Pour autant, la discussion a néanmoins pu s’engager avec eux deux. Parfois, quand des personnes me disent ne pas être intéressées par les livrets, elles ne le sont pas plus pour échanger. La majorité nous remercie malgré tout pour notre action et pour être venu à leur rencontre.

Cette fois, les deux messieurs se sont arrêtés et ils ont commencé à discuter, principalement pour parler d’eux, de leurs opinions sur x ou y sujets, allant de la politique à tout autre sujet général, comme souvent pour les hommes. Ils ne recherchaient pas vraiment d’échange ni de retour de ma part suite à leur propos. Apparemment, le simple fait que je les écoute et que de temps à autre je ponctue leur suffisait.

Ainsi, de fil en aiguille, leur quasi monologue a glissé vers leur propre situation et leur parcours professionnels respectifs, tous deux étant pareillement retraités depuis déjà un certain nombre d’années. Alors, s’en est suivi le déroulé de leur carrière, les moments marquant pour eux, leurs relations avec leur épouse et leurs enfants… Insidieusement, ils ont d’eux-mêmes abordé des sujets plus personnels, parlant de difficultés relationnels avec certains de leurs proches puis de leur santé et de ce qui faisait pourquoi ils étaient présents à l’IGR : ils avaient croisé le cancer, s’étaient fait hospitalisés et opérés et avaient vaincu la maladie. Ils revenaient désormais de temps à autres pour des contrôles.

De parler de leur maladie, des souvenirs de leur temps d’hospitalisation, cela leur faisait visiblement revivre des épisodes douloureux, cela leur rappelait des amis qui n’avaient pas eu la même chance qu’eux et avaient disparu du fait de la maladie…. Leur voix se troublait à certains moments, leurs yeux s’humidifiaient et des larmes retenues étaient effacées d’un geste de la main, alors qu’elles étaient sur le point de déborder et glisser sur leur visage…

Ainsi, ce cheminement, identique chez les deux messieurs, depuis leur discours fait de mots et de sens, pour glisser progressivement et devenir un discours fait certes toujours de mots et de sens mais désormais également d’affects…

Quand, au bout de peut-être 30mn environ ou même un peu plus, nous avons pris congé les uns des autres, ils m’ont salué, ce n’était plus un simple « au revoir », une banale formule entre gens civilisés, mais bien plus, comme nous le savions tous deux en notre for intérieur.


L’enfant avec son grand Mickey et le petit au crâne rasé

C’est toujours impressionnant de voir des enfants atteints de la maladie. Plus encore quand ils sont petits, sans cheveux ou en fauteuil roulant… C’était le cas pour deux d’entre eux rencontrés lors du dernier atelier de novembre 2014.

En premier, ce petit, garçon ou fille ?, dans les bras de sa maman. Les parents se trouvant proches de notre stand, ils se trouvaient attirés par ce qui s’y passait. L’enfant était-il tout autant intéressé ?, je ne saurais le dire. De voir un petit comme cela, le crâne tout chauve, avec quelques fins cheveux qui repoussaient ici et là, cela m’a ému et je me suis approché de lui, pour le saluer et lui demander s’il connaissait l’origami.

Comme il s’agissait d’un enfant de type asiatique, ses parents étant également asiatiques, je pensais qu’il connaissait. Mais apparemment, ce n’était pas le cas ou du moins était-il intimidé et ne me répondait pas. Je suis donc allé prendre une grue en origami que Mié avait faite et posée sur notre table. Une belle tsuru, cet animal si important pour les Japonais, réalisé en chiyogami, un papier japonais avec pleins de jolis motifs. Et je le lui ai donnée. Forcément, il l’a prise et l’a gardée, sans pour autant qu’il ne m’ait dit le moindre mot.

Peut-être ne parle-t-il pas français, me suis-je dit. Mais les parents parlaient et écrivaient parfaitement français, comme je m’en suis rendu compte un peu plus tard, notamment lorsqu’ils nous ont laissé un message sur le livre d’or. L’enfant, toujours dans les bras de sa maman, est reparti, sans un mot, mais tenant bien sa grue en origami !

Un peu après, un autre enfant passait devant notre stand, à demi allongé dans une sorte de fauteuil-lit roulant, que poussait une femme, a priori sa mère. L’enfant était tout recroquevillé, avec à son côté droit un grand Mickey en peluche, allongé tout contre lui. La peluche semblait tellement grande, plus grande que l’occupant du fauteuil !

Le garçonnet, qui devait avoir environ 10-12 ans semblait bien mal en point. Un œil était caché par un pansement et sa tête penchait vers la droite, vers le drap qui le recouvrait partiellement. Il ne semblait rien regarder de ce qui l’environnait. La maman elle aussi avait un visage pareillement vide d’émotion… Seul le Mickey mettait une touche de couleurs et de gaîté dans ce triste convoi.

Bien qu’ils nous avaient déjà dépassé, je me suis précipité à leur suite, non sans avoir pris quelques origamis sur notre table. Arrivé à leur hauteur, je les lui ai donnés, au garçon, sans trop parler cette fois. Juste donnés… Et ils sont repartis, presque sans un mot, le garçon les tenant dans sa main, entre lui et le Mickey.


4 vues0 commentaire