• Quartier Japon

Harumi, mon expérience d'enseignante du japonais à des Français

Dernière mise à jour : il y a 20 heures

Harumi - En France depuis près de 15 ans, enseignante du japonais après une carrière dans le tourisme.

Cela fait 6 mois que j’ai commencé à travailler comme professeure de japonais avec Quartier Japon.

Au début, j’étais très stressée et, à la maison, avant les cours, je faisais plusieurs fois des simulations de cours. Tout en vérifiant combien de minutes prenait chacune des parties du cours, j’écrivais donc en détails la planification des cours, avant de me rendre aux cours.

Mais si j’essayais de faire le cours tel que préparé, les élèves me posaient des questions inattendues et à des moments tout autant inattendus et parlaient alors de ce qu’ils savent. Ce qui fait que l’on n’avançait pas tel que je l’avais prévu. A cette occasion aussi, j’avais le sentiment que les Français parlent beaucoup. Mais à présent, je trouve cela intéressant.

« Ah, ils savent cela. Sûrement qu’ils l’ont vu dans les mangas. », « Ah, ils pensent comme ça ! », « Les Japonais n’ont pas cette même réaction », je fais plein de découvertes intéressantes. Comme à l’origine j’aime moi aussi parler, le cours dévie et souvent le temps manque.

Mais ces bavardages, c’est intéressant pour les élèves et aussi pour la fierté qu'ils ont de transmettre ce qu’ils savent. Et je pense donc que ce n’est pas un problème, car cela sert à maintenir la motivation dans l’apprentissage de la langue japonaise.

Avec des cours qui seraient davantage cadrés, je ne pense pas que cela fonctionnerait très bien, d’autant que l’objectif des élèves, ce n’est pas de réussir au test d’aptitude, mais plutôt parce qu’ils sont intéressés par la culture japonaise et parce qu’ils souhaitent apprendre le japonais tout en y prenant plaisir.

J’apprends de mes élèves, en leur faisant faire des choses intéressantes pour eux, comme parler des coutumes et des évènements du Japon authentique à travers des photos et des magazines que l’on regarde en cours, en réalisant des origamis et en jouant à des jeux de cartes japonais. Bien sûr, il ne faut pas oublier d’étudier la grammaire et le vocabulaire…

Mon objectif est de poursuivre dans cet enseignement du japonais de cette façon intéressante pour tous.

 

日本語教師としてカルチエジャポンで働き始めて、半年が経ちました。

最初はとても不安で、授業の前に、家で何度もシュミレーションをしました。

時計とにらめっこしながら、各パートに何分費やすか、細かく書いて授業に臨みました。

でも、実際に授業をやってみると、生徒さんたちは思わぬところで思わぬ質問をして来たり、自分の知ってる事を勝手にしゃべりだしたり、なかなか私の思う様には進ませてくれません、、、。

フランス人は良くしゃべるなあと改めて感じました。

でも今は、その状況を楽しめる様になりました。

“ああ、こんな事を知ってるんだ、きっと漫画に出て来たんだろうなあ”とか、“ああ、こんな風に思うんだ、日本人にはない感覚だなあ”とか、楽しい発見が沢山あります。

私も元々話し好きなので、授業が脱線してしまい、時間が足りなくなる事もしばしばあります。

でもこの雑談が、生徒さんたちにとってはとても楽しかったり、自分の知っている事を自慢できて嬉しかったり、日本語の勉強を続けるモチベーション向上に役立っているのは間違いないと思います。

杓子定規な授業は、日本語能力検定試験を受けるのが目標の生徒さんには必要かもしれませんが、日本の文化に興味があったり、日本語を楽しく勉強したいと思っている生徒さんには、あまり功を奏しないと思います。

写真やイラストを見ながら日本独自の行事や習慣の話をしたり、折り紙をしたり、カルタで遊んだり、そんな楽しさも必要だと言う事を生徒さんたちから学びました。 もちろん、文法や語彙の勉強も忘れてはいけませんが、、、。

長く楽しく日本語の勉強を続けたいと思ってもらえる様な授業を、これからも私の目標として頑張りたいと思います。


Article paru initialement le 04/02/2020

5 vues0 commentaire